30 janvier 2016

Mme G., si tous les patients étaient comme vous, ça ne serait pas drôle tous les jours !

Nous sommes courant 2014.

Je suis à la cantine du centre d'hémodialyse ou je fais mes séances 3 fois par semaine.

Nous avons la chance d'avoir un vrai et bon repas servi à table dans des assiettes et non sur un plateau. 
C'est agréable et très rare dans un centre de dialyse.

On m'apporte mon entrée.


Je commence à manger.

C'est très bruyant.

Il y a beaucoup de patients, c'est l'heure d'affluence, mais surtout, l'équipe de service parle et rigole très fort. Un peu comme si on était pas là !  

Je mange tranquillement, je suis sur une grande tablée avec un Monsieur qui est en  dialyse depuis peu de temps. On discute. Enfin, on essaye. Ce n'est pas facile avec tout ce brouhaha. 

On parle de dialyse, un peu comme d'habitude.  
Le patient m'explique à quel point la dialyse est dure à associer dans sa vie. 

Ca me saoule un peu mais je l'écoute de bon coeur. 

La dialyse est tellement ancrée et intégrée dans ma vie que j'ai toujours un peu de mal à faire passer des  messages à un nouveau patient à qui le ciel viens de tomber sur la tête. 
Mais je joue le jeu. 
Je positive la dialyse, parle de mon travail que je continue à 80% et de la vie normale que je mène malgré tout depuis quasiment 20 ans que je suis en en dialyse. Il peine à me croire, mais c'est normal, il doit digérer la dialyse. 

Tout d'un coup, nous sommes dérangés dans notre discussion par un agent hôtelier qui arrive en criant avec un pichet d'eau et qui le jette sur un jeune patient à la table juste devant nous. 

Nous sommes éclaboussés et le patient visé est trempé.  Les agents rigolent à tue-tête. 

Je me lève d'un bond et je dis que ce n'est quand même pas normal qu'on assiste à ça. 
Que ce genre de débordements n'a pas lieu d'être dans une salle de repas des patients. 

J'ajoute, qu'on a le droit de manger tranquillement en silence et que nous ne sommes pas dans une cour de  récréation. 

Je me fais réprimander par l'équipe hôtelière qui me dis qu'ils ont bien le droit de rigoler, que je  ne sais pas rire et que je suis aigrie. 

Le patient avec qui je discute dis lui aussi que c'est anormal. 
Les agents lui répondent de se mêler de ses affaires.

Je réponds du tac au tac qu'ils n'ont pas à s'adresser à des  patients comme ça, qu'on a droit à du respect. 

Je me rassois, et je finis de manger rapidement. Cette histoire m'a énervé. 

Je m'apprête à partir et j'entends un agent crier:

Mme G. si tous les patients étaient comme vous, ça ne serait pas drôle tous les jours !





8 commentaires:

  1. et si tous les soignants ou assimilés étaient comme eux, ça ne le serait pas non plus!!!

    RépondreSupprimer
  2. Dans le cas de ces agents, on est vraiment dans l'irrespect total.

    J'y ai mangé il y a quelques jours.

    C'était juste hallucinant. Il y a beaucoup d'attente (j'ai l'impression que la place et le rôle de chacun des agents est difficile à trouver), les patients se plaignent (à raison, certains doivent aller en dialyse, d'autres ont les ambulanciers ou taxis qui les attendent et qui râlent: chacun à ses contraintes) et les agents les envoient clairement paître ouvertement en dépersonnalisant les patients. (il, elle, lui) .

    Manque cruel de formation sur ce qu'est un patient, ce qu'il vit, etc.

    Ca fais des années que ça dure, j'en ai parlé plusieurs fois au cadre de restauration, je pense vraiment qu'elles tentent de faire des choses, mais je crois qu'il y a quelques fortes têtes qui font de la résistance.

    Enfin, je n'y mange que très rarement maintenant, mais j'ai mal pour mes compagnons d'infortune.

    A bientôt sur le blog kat ! Merci pour ta fidélité !

    RépondreSupprimer
  3. Si c'est la même chose que ce que nous avons à Rennes, ces agents ne sont pas des soignants mais de simples salariés de la Sod**o, une société spécialisée dans la restauration collective (cantines scolaires, maisons de retraite, restos U, cafèt' des hopitaux, etc.). Ils n'ont aucune formation spécifique à l'approche des patients et évoluent souvent d'un contexte à l'autre sans la moindre préparation au public auquel ils seront confrontés: il peuvent ainsi passer de gamins de moins de 10 ans à des personnes âgées, après avoir eu affaire à des étudiants ou des patients de tous types... Pas étonnant donc qu'ils soient si peu professionnels! Mais de là à ignorer le bon sens et la notion de respect...

    RépondreSupprimer
  4. Je crois qu'ils sont salariés du centre de dialyse ;)

    RépondreSupprimer
  5. Ah, alors c'est encore pire! S'ils ne supportent pas les patients fatigués, ils devraient plutôt choisir de travailler en village-vacances!!

    RépondreSupprimer
  6. Je suis infirmière. Je suis greffée. J'ai travaillé en transplantation d'organe ( après la chirurgie).
    je suis écœurée. Vraiment écœurée. Y'a des " vous êtes virés" qui se perdent....

    RépondreSupprimer
  7. C'est vraiment n'importe quoi... Les patients ne sont pas là pour que les agents hôteliers rigolent, enfin! Je compatis.

    RépondreSupprimer

L'article vous a interpellé? Laissez un commentaire :)

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...